News - ENAR Foundation

enar foundation for a racism-free europe

Interview de Samia Hahtroubi, activiste pour les droits de l’homme

Read in English

Enar Foundation est parti à la rencontre de Samia Hathroubi, activiste pour les droits de l’homme et pour un pluralisme en Europe.

- Comment décririez-vous votre travail ?

Je m’appelle Samia Hathroubi et je suis une activiste pour les droits de l’homme, et pour un pluralisme en Europe. Je travaille avec des représentants religieux et des activistes sociaux de différents milieux afin de les inciter à prendre des positions claires par rapport à différentes problématiques, en particulier en lien avec l’antisémitisme et l’islamophobie. Je contribue également à différents débats sociaux, politiques et académiques sur les questions de la discrimination par le biais de conférences ou par des contributions écrites.

- Comment luttez-vous contre ces formes de discrimination sur le terrain ?

Dans la pratique, notre travail s’effectue à différents niveaux avec des objectifs spécifiques. Le premier étant d’informer nos leaders politiques européens des différentes situations discriminantes au sein de nos pays.

Nous avons mis en place un réseau européen musulman et juif (European Muslim and Jewish network) ainsi qu’un comité d’intervention rapide pour être en mesure de réagir aux crises (par exemple comme celles de Copenhague ou de Paris). Nous avons également tendance à travailler avec des leaders européens (ministres, députés, organisations et des dirigeants politiques) pour faire entendre notre voix sur l’islamophonie et l’antisémitisme. Ce faisant, nous nous efforçons d’exprimer la forte nécessité d’établir des relations interreligieuses pérennes pour une meilleure cohésion entre les communautés musulmanes et juives.

Au niveau de l’Europe et de l’Afrique du Nord, nous organisons «Le Week-end de jumelage » chaque novembre (nous sommes actuellement à notre 7e édition), pendant lequel nous favorisons, encourageons ou coordonnons des événements, des conférences avec les communautés musulmanes et juives. Lors de ces événements, l’accent est toujours mis sur la nécessité de lutter contre toute forme de préjudice basé sur la foi. À travers ces initiatives, nous voulons créer une relation de solidarité, un sentiment de « combat» pour l’autre : les Juifs debout pour et avec les musulmans, et inversement.

- Est-ce que lutter contre l’antisémitisme et lutter contre l’islamophobie s’avèrent être les mêmes combats? Quels sont les points communs entre ces deux luttes ?

On entend souvent, dans les discours français, que l’islamophobie et l’antisémitisme n’ont rien à voir, voire chez certains, on peut entendre parler d’une hiérarchisation de ces deux formes de racisme. Ce qui n’est pas tout-à-fait le cas et, a fortiori, on le fait savoir au Parlement européen notamment grâce aux interventions d’un député partenaire britannique du nom de Afzal Khan.

Nous avons tendance à dire, et à penser que les racines de ces deux formes de racisme ne sont probablement pas les mêmes. L’Europe a une longue (peut-être trop longue ?) Histoire de la haine envers les Juifs, celle qui a conduit aux tragédies de l’Holocauste. D’autre part, la haine envers les Arabes et les musulmans existe bel et bien. Ce n’est pas un fantasme. Elle est en partie liée à l’héritage de colonisation de l’Afrique. Par ailleurs, quand il s’agit de parler de l’islam français, nous ne devons jamais oublier l’héritage de l’Algérie et de sa guerre ainsi que l’éviction et l’amnésie de la France sur ce point. Néanmoins, nous pensons que, aujourd’hui, les musulmans et les juifs sont les cibles premières des partis d’extrême droite, et ce même s’ils essaient d’opposer la communauté juive aux musulmans. La montée de l’extrémisme politique, au contraire, doit nous rassembler au nom des valeurs universelles et de justice sociale. Nous avons la conviction ferme que l’Europe ne peut pas être un grand continent aux valeurs morales si les musulmans et les juifs se sentent menacés…

- Quelle est la place de la prévention dans ce combat ?

Je suis consciente de l’excellent travail accompli par les dirigeants juifs et musulmans dans leurs communautés respectives envers leurs propres circonscriptions. Je vois également une réelle volonté de ces communautés de tendre la main à l’Autre. Beaucoup de mosquées, en France et au Royaume-Uni, avec lesquelles je travaille ont construit ou participé à la campagne « Visiter ma Mosquée » afin de lutter contre l’ignorance et les idées reçues contre l’Islam. Il y a quelques mois, l’un des imams aux Pays-Bas a lancé la campagne «My Jihad » pour mettre en valeur les récits positifs de ce concept.



Réalisation : Vertige ASBL - site maprss twitter